Fanclub pokémon Index du Forum




 Actualités : 
Pokéumans France : Chapitre 29 terminé et posté ! ici ou ici
Petit problème. Un hackeur a tout supprimé sur DeviantART. Le premier lien ne fonctionne donc plus et je vais devoir retravailler l'ensemble de la fanfic à cause de cela. Toutes mes excuses à ceux qui attendaient le final avec impatience.

15 chapitres sont actuellement à jour sur les 29 existants.

Voici le lien de la page officielle des Pokéumains

Page DeviantART officielle des Pokéumains

 

 
Une partie de moi

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fanclub pokémon Index du Forum -> Pokémon -> Histoires
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Paul le Lucario
Fondateur
Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2013
Messages: 954
Localisation: Haute-Normandie, France
Emploi: Pokémon sauvage
Loisirs: Lire votre Aura
Pokémon Préféré: Tous les autres Lucario
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 狗 Chien
Point(s): 85
Moyenne de points: 0,09

MessagePosté le: Mar 12 Aoû - 10:38 (2014)    Sujet du message: Une partie de moi Répondre en citant



Héhé, vous ne vous attendiez vraiment pas ce que je fasse ENCORE une nouvelle histoire alors que je n'en ai finie qu'une seule hein ? Eh bien en voici une cinquième ! Et celle-ci est déjà finie (il n'y aura aucune suite, inutile d'en réclamer une)

Ne vous inquiétez pas pour l'autre histoire, je m'y remet sérieusement Wink

concernant celle-ci, vous risquez d'êtres très... surpris...
héhé...


bonne lecture ^^

(dites moi ce que vous en pensez SVP ^^)


________________________________


Note de l'auteur :

Je tiens à préciser que mon Père ne se comporte pas réellement ainsi dans la réalité. Ceci reste avant-tout une fiction.


Les différents lieux évoqués dans cette histoire n'existent pas dans la vie réelle (à l'exception de la maison bien entendu)


________________________________
Une partie de moi
   



Un soir, sur une falaise, se trouvaient une femelle Lucario et un homme. Ils étaient allongés contre un arbre et observaient paisiblement un magnifique coucher de soleil en se serrant l'un à l'autre. Étrangement, l'homme était couvert de bave gluante, mais cela ne dérangeait pas du tout le couple (vous comprendrez pourquoi plus tard). Ils s'embrassèrent langoureusement pendant plusieurs heures.

Lorsque ce long baiser fut finalement terminé, il faisait déjà nuit. Les deux amoureux ne voulaient pas se séparer, et pourtant, l'homme avait très peu de temps libre pour voir sa bien-aimée, ce qui rendait leurs rencontres très intenses à chaque fois.

  • Il est tard, je ferai mieux de rentrer. Je ne veux pas te quitter mais je ne veux pas non plus que mon père sévisse trop.
  • Oh non Paul pas déjà... reste encore un peu s'il-te-plaît. De toutes façons, vu l'état dont tu te trouve il va forcément sévir une fois de plus... Je t'en prie, reste encore un peu.
  • Tu sais bien que je ne peux pas Lucario. Je suis peut-être un adulte mais tu sais que je vit toujours chez mes parents, et tu sais aussi à quel point mon père est strict avec moi depuis que j'ai quitté le lycée. Mais ne t'inquiète pas pour moi, mes parents ont l'habitude de me voir rentrer couvert de bave à chaque fois que je disparaît.
  • Oui... mais tu sais que ça me fait mal au cœur d'être séparé de toi ne serait-ce qu'une journée...
  • Moi aussi ma chérie... moi aussi...

Lucario et Paul se firent un grand câlin. La pointe de Lucario fut recouverte d'une petite bulle d'Aura pour que Paul ne soit pas transpercé. Le moment des séparations était ainsi à chaque fois qu'ils se voyaient. Les mains de Paul et les pattes de Lucario avaient énormément de mal à se lâcher.

Paul repartit finalement, très lentement et d'un air triste. Lucario regarda partir l'humain qu'elle aimait, d'un air triste également. « Je me demande vraiment à quel point son père se comporte pour qu'il soit si triste. » pensa-t-elle.

« Je me souviens encore de la première fois que je l'ai vu. Et aussi de la première fois où je l'ai... »



FLASHBACK – 3 ans plut tôt



Un coin reculé de la région, un petit bois oublié des humains. Paul l'avait découvert par hasard et s'y rendait souvent pour déstresser depuis que la vie de tout les jours était devenue désagréable. Un jour, une créature bleue nommée Lucario remarqua sa présence et utilisa ses pouvoirs pour lire dans l'esprit de cet intrus et savoir s'il était amical ou hostile. Lucario fut extrêmement surprise en lisant dans son esprit. Paul ignorai totalement que Lucario existait réellement mais cet humain en était amoureux et ne cessait de penser à elle. « Comment... comment peut-il être amoureux de moi si aucun humain ne connais mon existence ? Ce n'est pas possible... » pensa-t-elle, choquée.

Paul venais se détendre ici chaque week-end en prétextant à ses parents qu'il allait en ville avec des amis, alors qu'en réalité il n'a gardé le contact qu'avec très peu d'entre eux et ne les voyait presque jamais.

Paul s'est assis sur une souche d'arbre tandis que Lucario le surveillait juste à côté de lui sans qu'il puisse la voir. Lucario savait manipuler l'Aura des humains à distance pour rester invisible à leurs yeux. Elle fut surprise lorsqu'elle vit Paul sortir son téléphone portable. Le fond d'écran de ce portable n'était autre que l'image d'une femelle Lucario dans une position attirante. Paul avait une bonne centaine d'images différentes dans son portable. Lucario se demandai où cet humain avait bien pu trouver toutes ces images la représentant.

Lucario allait de surprise en surprise. Paul se mettait même à parler à une image comme s'il s'agissait d'une vraie Lucario. Il ne cessait de dire des mots doux et de l'embrasser. « Il... il m'aime tant que ça ? » se demanda Lucario.

En fin de soirée, Paul se leva finalement pour rentrer chez lui. Lucario regardait l'humain s'éloigner avec un regard curieux « Hmm..... Il est étrange cet humain. » pensa-t-elle.

Le week-end qui suivi, Lucario aperçut Paul alors qu'il pénétrait sur son territoire et sourit en le voyant. Elle réalisa alors que c'était la première fois qu'elle souriait en voyant un humain. Avait-elle de la compassion pour celui-ci ? Elle décida d'aller à sa rencontre et alla l'attendre sur la souche d'arbre où il se rendait toujours. Paul n'en croyait pas ses yeux lorsqu'il vit la sublime créature qui se trouvait devant lui. Il était figé sur place et en restait bouche-bée. « ga...ah...gh... » était tout ce qui sortait de sa bouche.

Lucario le regarda avec un regard amical. « Ne reste pas planté là grand bêta. Ne voulais-tu pas t'asseoir ? » Lui dit-elle télépathiquement avec une douce voix féminine.

Paul resta figé un moment avant de finalement s'approcher d'elle très lentement. Il n'en revenait pas. Non seulement il y avait une vraie Lucario devant lui, mais en plus elle était plus grande que la normale. Un Lucario adulte mesure environ 1 mètre 10, mais celle-ci faisait la même taille que le père de Paul et était donc plus grande que lui.

Paul s'est assis à côté de Lucario et ne la quittait plus des yeux, il en gardait la bouche entre-ouverte. Lucario voyait bien qu'il était encore sous le choc « N'aie pas peur, je ne vais pas te manger. » lui dit-elle en ricanant. Il referma finalement sa bouche.

Paul stressait déjà beaucoup en temps normal mais là c'était pire que tout. Il essaya de se reprendre pour lui poser une question « V-vous... vous êtes... une vraie Lucario ? Une vraie de vraie ? »

Lucario continua de lui sourire et répondit « Bien sûr que je suis une vraie. Un peu grande c'est vrai, mais mon pouvoir télépathique te le prouve. Vas-y touche moi n'aie pas peur. » Paul approcha lentement son bras vers Lucario. Il hésita un moment avant de se décider à toucher sa douce fourrure. Il se mit à sourire et s'exclama « Oh ! Oh c'est si doux ! » Paul ne s'arrêtait plus de toucher la fourrure de Lucario. Il vérifia également si ses pointes étaient dangereuses, ce qui est le cas.

Le stress de Paul avait laissé place à une folle excitation. Il s'arrêta finalement de la tripoter partout pour éviter de l'ennuyer.

  • Ouah ! C'est incroyable ! Je ne pensais vraiment pas rencontrer un vrai Lucario dans ce trou perdu ! Et encore moins une femelle !
  • Maintenant dit moi, comment as-tu découvert cet endroit ? Je t'ai vu sur cette souche d'arbre la semaine dernière mais plus aucun humain n'est venu ici depuis une éternité.
  • Je ne sais plus vraiment, je l'ai découvert complètement par hasard il y a un mois et je m'y rend chaque week-end pour me détendre un peu. C'est si calme ici. Mais vous, depuis combien de temps vivez-vous ici ?
  • Tu peux me tutoyer tu sais. Et pour te répondre, je vit ici depuis que je suis sortie de l'œuf. Autrefois, ce bois était protégé par les humains à cause des nombreux animaux qui y vivaient, je n'ai donc eu aucun soucis pour m'adapter. Il y avait parfois quelques humains qui venaient pour capturer des animaux illégalement. Je croix que vous appelez ça des braconniers. Étant donné que j'étais le seul Pokémon, moi seul pouvais les sauver. Mais je n'étais encore qu'une Riolu à cette époque, je ne pouvais pas vraiment utiliser d'attaques sans me faire repérer. À l'exception de Vive-Attaque. Je me servais donc de cette attaque pour distraire les braconniers et les éloigner des cages sans qu'ils puissent me voir, je brisait ensuite les cages avec des attaques Fortes-Paumes pour libérer les animaux enfermés. Je faisait ça sans arrêt pendant quelques années jusqu'à ce que vienne le jour où j'ai finalement évoluée en Lucario. Cette évolution m'a permit de communiquer avec les humains par télépathie sans jamais montrer qui je suis. La plupart des humains s'enfuyaient en entendant mes avertissements dans leur esprit mais d'autres ont voulu faire les courageux et m'ont forcée à lancer quelques Aurasphère, et cette fois ils s'enfuyaient à toutes jambes. Ça marchai à chaque fois.
  • Ça alors ! Et comment cet endroit est-il devenu désert ?
  • Quelques mois plus tard, un petit groupe d'humains en tenue bleue est arrivé très prudemment et portait leur arme à la main.
  • Nous, les humains, appelons ça des officiers de Police. Ce sont eux qui font respecter la loi. Et qu'est ce que tu as fait ?
  • Oui, je l'ai deviné en voyant tout leur équipement. J'ai fait comme d'habitude et je leur ai donné un avertissement télépathique : "Eh vous ! Je ne sais pas ce que vous êtes venus faire ici mais vous feriez mieux de déguerpir si vous ne voulez pas avoir affaire à moi !" mais leur réponse n'a pas été celle que j'attendais...
  • Qu'est-ce qu'ils ont dit ?
  • L'un d'eux à murmuré aux autres que mon message télépathique correspondait au signalement. J'en ai déduit que l'un des braconniers s'était rendu et leur avait raconté ce qu'il lui était arrivé. Ces officiers de police étaient certainement ici pour vérifier s'il disait la vérité. Au bout d'un moment, l'officier de tête a commencé à avancer prudemment alors que les autres ne bougeaient pas et le regardaient.
  • Et qu'as-tu fait ?
  • Que voulais-tu que je fasse ? Il n'a pas tenu compte de mon avertissement alors j'ai balancé une Aurasphère sur le sol devant lui et il s'est arrêté net. Les autres officiers de police en ont fait tomber leur arme de peur. Celui qui avait avancé avait plus de courage que ses collègues et restait là sans trembler. "Sympa ce petit tour de magie. Avec de tels effets spéciaux ce n'est pas mal. Que diriez-vous de vous montrer, que je voie à qui j'ai affaire ?"
  • Et que lui as-tu répondu ?
  • Ceci : "Je croix que vous n'avez pas bien compris la situation mon ami... Cette sphère bleue explosive que j'ai envoyée n'était qu'un avertissement. Si j'avais voulu vous toucher, je ne vous aurai pas raté croyez-moi ! Alors faites un pas de plus, et la prochaine sera pour vous !"
  • Et qu'a-t-il fait ? Il est parti ?
  • Il a fait la bêtise de faire un pas de plus cet idiot... tu devine ce que j'ai fait...
  • Une Aurasphère en pleine tête je parie !
  • Exactement ! Il n'a tenu aucun compte de mes menaces et je ne pouvais pas le laisser faire tout ce qu'il voulais chez moi ! Cette Aurasphère a atterri en pleine tête et il a perdu connaissance. Les autres officiers de police se sont mis à trembler de peur et regardaient leur chef inconscient. Ce qu'ils ignoraient, c'est que j'étais juste devant lui, mais invisible à leurs yeux. Autant te dire qu'ils étaient vraiment apeurés quand ils ont vu une autre boule bleue se former juste devant leur chef. "Quand à vous, dépêchez-vous de déguerpir si vous ne voulez pas faire connaissance avec ceci ! Mais n'oubliez pas votre chef." Ils n'ont pas hésité une seconde ! Ils se sont rués vers leur chef pour le porter et ils ont tous déguerpis sans demander leur reste. Ils étaient tous morts de peur. Je n'ai plus jamais revu d'humain depuis ce jour. Mais les animaux ont fini par disparaître petit à petit... Il ne reste que quelques oiseaux à présent. Quand aux humains, pas un seul n'est revenu ! Enfin... sauf toi.
  • Tu veux dire que... tu est restée toute seule pendant tout ce temps ?
  • Oui... et ça me fait plaisir d'avoir quelqu'un avec qui parler aujourd'hui.
  • Moi aussi je suis souvent seul. Mais c'est bizarre... on ne m'a jamais parlé de ce bois, ni de son histoire. Et rien n'indique qu'il est dangereux ou interdit, je l'aurai remarqué. Ils l'ont peut-être dit aux informations. Je ne les regarde jamais et mes parents ne me disent jamais rien, ça pourrait tout expliquer.
  • Peut-être oui. Mais dit moi, pourquoi vient-tu ici seul pour parler à une image ?
  • Tu... tu m'a vu ?
  • Je te l'ai dit tout à l'heure que je t'avait vu la semaine dernière, non ? Tu ne me voyait pas mais j'étais juste à côté de toi.
  • Ah, oui c'est vrai... et c'est en me voyant aussi... "passionné" que tu a décidée de te montrer ?
  • En réalité, je ne sais pas vraiment pourquoi j'ai fait ça. Il y a quelque chose dans ton Aura qui attire mon attention. Je ne sais pas précisément ce que c'est. Je me suis dit que le seul moyen de le savoir était d'apprendre à mieux te connaître.
  • Quelque chose... dans mon Aura ? Ouah...
  • Mais dit moi, tu n'a pas répondu à ma question. Pourquoi vient-tu ici tout seul avec ces images me représentant ?
  • Eh bien... depuis que je suis sorti du lycée, je n'ai pas la vie facile... Mon père a commencé a me harceler pour que je trouve du travail. Il a fini par m'en trouver un pour 1 an. Ce boulot ne me conviens vraiment pas mais mon père s'en fiche... et maintenant il fait en sorte que je ne me fasse pas virer... il est devenu un peu trop collant... Les seuls moments libres qu'il me reste sont les week-end. Le mois dernier, je suis tombé par hasard sur ce bois. Il est si calme et si reposant que je m'y rend tout les week-end pour me détendre un peu et déstresser.
  • Et tu y reste toujours toute la journée ?
  • Oui, ce sont mes seuls moment de répit alors j'en profite un maximum. Et... j'imagine que tu est au courant pour... ce que je ressens...
  • Oui... Je l'ai su avant même que tu ne t'asseye sur cette souche la semaine dernière. C'était la première fois que je voyais un humain depuis de nombreuses années et je voulais savoir si tes intentions étaient bonnes ou mauvaises alors j'ai lu dans ton Aura. C'est comme ça que j'ai su...
  • De toutes façons, même si tu ne l'avait pas fait, tu as quand même entendu tout ce que j'ai dit à cette image... et tu m'a vu l'embrasser.
  • Oui, je dois bien t'avouer que j'ai été extrêmement surprise de voir ça. Tu ignorait totalement mon existence mais tu était déjà amoureux de moi. Je me demande d'ailleurs où tu as trouvé toutes ces images de moi puis-qu'aucun humain ne m'a jamais vu.

Paul et Lucario discutèrent ainsi toute la journée. Paul lui expliqua qu'elle était un personnage de jeu vidéo, comment il en était tombé amoureux alors qu'il était encore au lycée et tout un tas d'autres choses. Lucario s'intéressait de plus en plus à cet humain et tentait de savoir pourquoi elle était aussi attirée par son Aura.

Le soir, Paul regarda l'heure sur son portable et vit qu'il commençait à se faire tard. Lucario lui pris le bras pour le retenir et lui demander autre chose.

  • J'aurai une dernière question à te poser avant que tu ne parte.
  • Quoi donc ?
  • Les humains ont des noms il me semble, quel est le tiens ?
  • Ah oui j'ai complètement oublié. Je m'appelle Paul. Mais dit moi, les Pokémon ont-ils un nom également ?
  • Hihi. Bien sûr que non. Vous pouvez nous surnommer comme vous voulez mais notre vrai nom dépend de notre espèce. Le mien est donc tout simplement : Lucario.
  • Dans ce cas je continuerai de t'appeler Lucario. Bon, je dois vraiment y aller maintenant. À la semaine prochaine !
  • Au revoir Paul, et ne parle de moi à quiconque je te prie !
  • Soit sans crainte, je sais garder les secrets

Lucario regarda Paul partir en souriant « Il est vraiment intéressant cet humain. Et très sympathique. Ça me change de ma solitude habituelle. D'ailleurs... je le trouve plutôt mignon... » pensa-t-elle.

Depuis ce jour, la relation entre Lucario et Paul ne cessa de s'améliorer. Il a suffit de 2 autres rencontres pour que Lucario se rende compte qu'elle était tombée sous le charme de cet humain. Au début, elle se contentât de simples baisers sur la joue. Il fallut 2 mois à Lucario pour se lancer et faire un baiser sur la bouche. Paul était aux anges. Il avait réussi a séduire une vraie Lucario.

De nombreux mois passèrent et le jeune couple se voyait régulièrement chaque week-end dans leur bois secret. Mais leur histoire n'a vraiment commencée qu'1 an après leur rencontre. (2 ans avant le présent)

Paul et Lucario se câlinaient sur leur souche d'arbre et s'embrassaient, comme ils le font à chaque fois. Mais cette fois-ci, Lucario semblait différente. Elle ne cessait de regarder Paul avec un regard affectueux. Paul l'attirait encore plus que d'habitude. Tout à coup, l'estomac de Lucario se mis à gronder. « Tiens ? Tu n'a pas mangée ce midi ? » lui demanda Paul.

Lucario ne fit pas attention au grondement de son estomac et se frotta à la joue de Paul « Ne t'inquiète pas pour moi mon chaton, j'ai ce qu'il faut. » répondit-elle d'une voix enjôleuse. Lucario se mis à lécher la joue de Paul. Il pris ça pour une sorte de baiser mais Lucario semblait avoir autre chose en tête. Il ne compris ce qu'elle voulait que lorsqu'il la vit se lécher les babines. Paul pris peur tout à coup « Heu... je peux savoir ce que tu fait ? »

« Rien, je me lèche les babines, c'est tout. » répondit-elle, toujours avec sa voix enjôleuse. Mais Paul voyait bien dans son regard ce qu'elle avait en tête et avait de plus en plus peur. Il se leva brusquement et recula de quelques mètres avant que Lucario ne lui saute dessus et le plaque contre un arbre, l'empêchant ainsi de bouger. « Où vas-tu comme ça mon gros loup ? Tu n'a pas envie de passer un bon moment avec moi ? »

Paul était mort de peur. Il ne comprenait pas du tout l'attitude de sa bien-aimée. « P-p-pourquoi t-tu fait ça L-Lucario ? J-je croyais q-que tu m'aimais. » Lucario se léchait les babines de plus en plus fort tout en lui répondant avec le même regard et la même voix envoûtante « Mais c'est justement parce-que je t'aime que je fait ça Paul. Sois un amour et laisse-toi faire, s'il-te-plaît. »

Lucario ouvrit sa gueule en grand « LUCARIO !! NON !!! PITIÉ NE ME MANGE PAS !!!!! » Paul était pris au piège et ne pouvais rien faire pour se libérer, Lucario était beaucoup trop forte et empêchai le moindre mouvement. Paul pleurai tandis qu'il se rapprochai lentement de la gueule de Lucario et de ses dents pointues. « NOOOOOOOOON !!!!!!!!!!!!!!! LUCARIO !!!!!!!!!! LUC-MFFFF !!!!!! » Lucario venait de placer la tête de Paul dans sa gueule. Sa langue baveuse lécha la tête de Paul bien partout afin de pouvoir l'avaler plus facilement. « Mmm... ta tête a très bon goût. J'ai hâte de passer à la suite. »

Après avoir léché la tête de Paul, la langue baveuse de Lucario s'occupa ensuite de son cou tandis qu'elle retirai le manteau de Paul. Ce dernier continuait de gémir dans la gueule de Lucario. Il n'arrivait pas à croire que sa bien-aimée était en train de le dévorer. Lucario commença à avaler la tête tandis qu'elle faisait rentrer les épaules dans sa gueule. Lucario passa ensuite au buste tandis que la tête de Paul s'enfonçait dans la gorge. Lentement mais sûrement, Lucario avalait son petit-ami.

La tête de Paul atteignit finalement l'estomac de Lucario tandis qu'elle léchait ses jambes et retirait ses chaussures. Plus il y avait de parties du corps de Paul dans l'estomac de Lucario, plus le ventre de cette dernière gonflait. Lucario rentra finalement les pieds de Paul dans sa gueule, les lécha, et referma sa gueule lorsque ses pieds commencèrent à être avalés. Les jambes et les pieds de Paul glissèrent lentement le long de la gorge de Lucario avant de finalement atteindre l'estomac. Le ventre de Lucario ne cessa de gonfler que lorsque Paul se trouvait totalement dans son estomac.

« Mmm ! Dé-li-cieux ! Je ne pensais pas que les humains étaient si savoureux ! Je devrais faire ça plus souvent ! » dit-elle en se léchant les babines d'un air satisfait. Elle regarda son ventre surdimensionné avec un grand sourire avant de finalement demander « Tout va bien la-dedans ? »

Au fond de cet estomac, Paul ne trouvait pas ça drôle du tout « QUOI ?! JE VIENS DE SERVIR DE CASSE-CROUTE À UN POKÉMON ET TU ME DEMANDE SI TOUT VA BIEN ?! Comment as-tu pu me faire ça Lucario... Je... je croyais que tu m'aimais... »

« Apparemment oui. » Lucario ramassa le manteau et les chaussures de Paul et commença à marcher. « Dit moi, il est comment mon estomac vu de l'intérieur ? » demanda-t-elle. Paul ne pouvais plus rien faire de là où il était alors il se contentât de répondre « Eh bien... c'est très serré ici. C'est tout mou et gluant... Beurk... En plus je suis couvert de bave et d'un liquide visqueux... c'est vraiment dégoûtant... ce n'est pas dans un estomac que je voulais passer mes dernières heures... »

Lucario secoua lentement la tête et regarda de nouveau son ventre tout en avançant.


  • Paul... Je t'ai connu plus romantique que ça... C'est tout ce que tu trouve à dire ? Tu pourrais au moins essayer de rendre ce moment agréable.
  • Pfff... comment voudrais-tu que ce soit agréable ? Ça ne l'est vraiment pas d'être coincé dans un estomac.
  • Moi en tout cas je vit un moment très agréable. Tant que tu sera dans mon estomac, je conserverai ton goût exquis.
  • Je... je suis si bon que ça ?
  • Tu parle ! Tes baisers sont vraiment divins alors je me disais que tu devait l'être aussi. Et j'avais raison car tu est réellement savoureux.
  • Heu... eh bien... je prend ça comme un compliment...
  • J'avais vraiment envie de tenter le coup mais je n'osai jamais. Mais aujourd'hui je me suis lancée. Je m'excuse d'ailleurs de t'avoir fait si peur... Mais tu n'a rien senti, non ?
  • Ta langue gluante m'a léché partout, même certaines parties que je ne citerai pas, j'ai glissé le long de ta gorge, et maintenant je suis serré comme une sardine au fond de ton estomac gluant et mou et je suis couvert de bave... Tu croix vraiment que je n'ai rien senti ?
  • Désolée Paul, c'est la première fois que je mange un humain. Je ne pouvais pas savoir.
  • Au point où j'en suis, autant dire que ce n'est pas grave... Par contre... je dois bien admettre que c'est plutôt confortable ici, malgré tout ce liquide gluant...
  • Eh bien tu vois quand tu veux !
  • Je peut même entendre battre ton cœur... c'est un très joli son.
  • Oh Paul... Tu vois que ce n'est pas si désagréable que ça d'être dans mon estomac.
  • C'est vrai, je dois bien l'avouer... mais ce qui est moins agréable c'est la digestion qui va venir...
  • Ne t'inquiète pas pour ça mon chaton. Je te ferai sortir avant que ça n'arrive.
  • Tu QUOI ?! Tu... Tu peux me faire sortir ?! Ouf... ça va mieux tout d'un coup... J'espère au moins que je ne vais pas sortir là où je pense...
  • HA HA HA HA ! Ne t'inquiète pas pour ça ! Tu ressortira par là où tu est rentré.
  • Ouf... Ça me rassure...
  • Tu ne croyais tout de même pas que je t'avais mangé pour de bon, si ?
  • Lucario... En général, quand on mange quelque chose, ce n'est pas pour le recracher... Mais au faite, on a combien de temps avant la digestion ?
  • Ne t'inquiète pas, la digestion n'aura pas lieu avant ce soir. Tu va pouvoir rester là toute l'après-midi. Dans tout les cas, je dois te faire sortir avant qu'elle ne commence, sinon il deviendra impossible de te faire ressortir et il ne te resterai qu'une petite heure à vivre... et elle serai beaucoup moins agréable à vivre je suppose...
  • Oula... ça me fait peur là... J'espère que tu ne t'y prendra pas trop tard...
  • Ne t'inquiète pas. Je le sais toujours un peu en avance quand ma digestion va commencer.
  • Dans ce cas évite de dormir à ce moment là... ça me rassurerai...
  • Hihi. Encore une fois, ne t'inquiète pas pour ça. Si je ne me trompe pas, tu devrai le ressentir aussi lorsque ce sera le moment. Si je dort à ce moment là, tu n'aura qu'à me réveiller. Et ne t'inquiète pas si nous dormons tout les deux. Étant donné que tu est directement à l'endroit concerné, je pense que cela te réveillera tout de suite.
  • Merci Lucario. Me voilà un peu rassuré. Je pense que je vais essayer de dormir un peu en attendant. C'est si calme... ta voix télépathique et les battements de ton cœur sont les seules choses que j'entends ici. C'est très reposant. Et ton estomac est très confortable. Ce serait vraiment parfait s'il n'y avait pas cette horrible bave gluante partout... et si je n'étais pas aussi serré...
  • Pour ça je n'y peux rien Paul, mais tu t'y habituera vite.
  • Comment ça que je m'y habitue ?! Ah non ! Il n'est pas question que tu me mange à nouveau ! Il est vrai que ton estomac n'est pas mal mais j'ai horreur de cette sensation quand on se fait avaler ! Sans parler de ce que mon père me fera en me voyant rentrer couvert de bave...
  • Ah... oui... je n'avais pas pensé à ton père... j'ai négligée ce détail... Dans ce cas, je te promet que j'essayerai de me contrôler la prochaine fois que j'aurai une envie irrésistible.
  • Hmm... j'espère que tu pourra tenir ta parole. Bon, je vais dormir un peu. À plus tard Lucario.
  • À tout à l'heure Paul. Fait de beaux rêves.

Paul ferma les yeux et sourit en écoutant les battements du cœur de sa bien-aimée. Il était très serré mais il réussit finalement à s'endormir après une vingtaine de minutes. Lucario continuait de marcher vers une destination inconnue, jusqu'à ce qu'elle finisse par sortir du bois et déboucher sur une falaise au bord de l'océan. Elle s'installa contre un arbre et caressa son ventre surdimensionné en le regardant affectueusement. Elle s'endormit à son tour en quelques minutes.

Paul se réveilla en début de soirée et passa un bon moment de la soirée à écouter les doux battements du cœur de sa bien-aimée. Il se demandait quelle heure il pouvais bien être et quand est-ce que viendrai le moment de sortir. Tout à coup, une sonnerie réveilla Lucario. « Hein ? Quoi ? Mais... mais d'où viens ce bruit ? »

Paul devint tout pâle lorsqu'il entendit la sonnerie. « Oh... oh non... ce n'est pas bon du tout... Heu, Lucario ! Cette sonnerie viens de mon portable ! Je l'avais laissé dans mon manteau ! Peut-tu le sortir et me dire qui m'appelle ? »

Le temps que Lucario trouve le portable, l'appel fut manqué. Il y avait cependant le nom de la personne qui avait tenté d'appeler Paul, c'était son père. « Oh non... c'est ce que je craignait... S'il m'appelle c'est que je devrait déjà être rentré... Et il m'avait pourtant dit de toujours répondre à ses appels... Là je suis mal... »

Lucario tenta de le rassurer « Ne t'inquiète pas Paul, avec toute cette bave qui te recouvre, je ne pense pas qu'il fera attention au reste. À moins bien sûr qu'il ne soit vraiment têtu... Ce n'est pas le cas j'espère, si ? » Lucario l'avait encore plus stressé car c'était le cas. Non seulement Paul était couvert de bave, mais en plus il allait rentrer très tard et n'avais pas répondu à l'appel de son père. « Qu'est ce que je vais faire ? Mon père va me tuer... »

Tout à coup, l'estomac se mis à gronder fortement, Lucario ne l'avait pas entendu mais l'avait ressenti. C'était le signal que la digestion allait bientôt commencer. « Eh bien, si nous commencions par te faire sortir d'ici avant qu'il ne soit trop tard ? »

Paul sentit alors son corps remonter lentement vers la gorge et sortir de l'estomac, à commencer par la tête. Lucario ouvrit sa gueule en grand et attrapa la tête de Paul avec ses pattes pour le tirer lentement. Le corps de Paul sortit lentement de la gueule de Lucario tandis que son gros ventre se dégonflait petit à petit.

Paul fut rassuré d'être toujours en vie « Fiou... ton estomac était confortable mais je suis content d'en être sorti. J'ai hâte de me débarrasser de toute cette bave dégoûtante. Mais... le problème actuel c'est mon père... »

Lucario pris le portable et le tendis à Paul « Eh bien, pourquoi ne le rappellerais-tu pas maintenant ? Tu peux lui dire que tu n'a pas pu lui répondre plus tôt, que tu est resté chez un ami pour l'aider à régler un problème, et que tu reste avec lui une bonne partie de la soirée. Quand à cette bave, nous tenterons de te l'enlever pendant ce temps. »

Paul acquiesça. C'était une très bonne idée. Lucario posa le portable au sol et Paul tenta de composer le numéro sans mettre trop de bave dessus. Une fois le numéro composé, Paul activa les haut-parleurs du portable pour pouvoir entendre son père sans coller son oreille pleine de bave dessus. La discussion père-fils se déroula sans incident et tout se passa comme prévu.

  • Eh bien, ton père n'est pas si méchant que ça après tout.
  • Pour l'instant ! Croix-moi, il va très vite changer d'attitude s'il me voit avec toute cette bave...
  • Ne t'en fait pas, nous essayerons de te l'enlever plus tard. Pour l'instant, que dirai-tu de manger un morceau devant ce magnifique coucher de soleil ?

Paul était tellement préoccupé par son père qu'il n'avait même pas regardé les alentours. « Ouah ! Je n'ai jamais vu un tel coucher de soleil ! Heu... on est où au faite ? » demanda-t-il. « Nous sommes sur une falaise uniquement accessible depuis le bois. Je me rend souvent ici le soir pour admirer le coucher du soleil. » répondit Lucario. Elle montra ensuite une pile de fruits et de baies « J'espère que tu aime les fruits car c'est tout ce qu'il y a dans le bois. »

C'était un gros problème pour Paul car il n'en prenait que dans des jus de fruit. Il n'en avait jamais croqué à pleines dents. « Eh bien... si c'est vraiment tout ce qu'il y a, je vais devoir me forcer... » Paul se força à manger quelques fruits mais il n'en mangea pas beaucoup. Lucario n'en mangea pas énormément non-plus, son précédent repas ayant été très copieux. Ils regardèrent ensemble le soleil se coucher sur la mer depuis la hauteur des falaises.

Peu après que le soleil se soit couché, Lucario se tourna vers Paul « Bon, il est temps de t'enlever toute cette bave à présent. Voyons voir ce qu'on peut faire. »

Lucario et Paul mirent toute la soirée à essayer d'enlever cette bave mais elle était trop gluante et collait sur Paul. « Rien à faire ! Elle est complètement collée ! Je ne pensai pas que ma bave était aussi collante... Je tiens à m'excuser Paul... C'est à cause de moi si ton père va sévir... pardonne moi... »

Paul tenta de consoler son amie « Ce n'est pas de ta faute Lucario, tu ne pouvais pas savoir que ta bave serai aussi collante... Maintenant... il ne me reste plus qu'à affronter la colère de mon père... »

Paul et Lucario marchèrent ensemble jusqu'à la sortie du bois. Paul fit le reste du chemin seul. Il arriva chez lui assez tard dans la nuit, il attendit un moment devant la porte avant de se décider à l'ouvrir et entrer. La réaction des parents était prévisible mais surtout pour son père « Mais c'est pas vrai !! Regarde dans quel état tu t'est mis !! Tu n'a pas honte ?? Et comment c'est arrivé ? »

Paul répondit lentement « Je... Je préfère ne pas en parler... c'est assez... dégoûtant... j'ai tout essayé pour enlever toute cette bave mais rien à faire... c'est complètement collé... » La mère de Paul lui demanda de venir avec elle car elle aurai peut-être ce qu'il faut pour décoller tout ça. Elle lui donna un produit et lui montra comment faire pour décoller toute cette bave. Ce produit était un vrai miracle, toute la bave se décolla à son contact. Il ne lui restait plus qu'à prendre une douche pour enlever le restant. Son père ferma les yeux pour cette fois étant donné que Paul paraissait réellement dégoûté et choqué par toute cette bave.

Le week-end suivant, Lucario eut de nouveau une folle envie de manger Paul mais faisait tout pour se retenir. Au bout d'un moment, elle a fini par craquer et lui sauta dessus pour le dévorer de nouveau. Et ce fut ainsi chaque semaine jusqu'à ce qu'environ 1 mois et demi plus tard, Paul commença finalement à apprécier d'être dévoré et n'opposa plus la moindre résistance. La bave ne lui faisait plus rien. Depuis lors, Paul fut dévoré à chacune de leurs rencontres. En revanche, le fait qu'il rentre toujours couvert de bave ne plaisait pas du tout à son père qui commençait à vraiment sévir en voyant que son fils ne faisait plus du tout attention à cette bave : « Quelle bave ? Ah oui c'est vrai j'avais oublié. J'enlève ça tout de suite. »

Plus les mois passaient, plus Paul avait tendance à disparaître lorsqu'on avait besoin de lui. À chaque fois que Paul disparaissait, il en avait pour 6 heures minimum (temps maximum que Paul peut passer dans l'estomac de Lucario) mais il ne revenait que très tard la nuit, à chaque fois couvert de bave.

Le père de Paul cherchait sans arrêt de quoi le punir, allant même jusqu'à le priver de sortie. Mais cela ne l'empêcha pas de s'enfuir par la fenêtre de sa chambre pour voir sa dulcinée. Malgré les nombreuses punitions de son père, Paul trouvait toujours un moyen d'aller régulièrement dans le bois secret sans se faire prendre. Il pouvais désormais s'y rendre en semaine étant donné que son contrat de travail fut terminé. De plus, il faisait en sorte de fuir tout les rendez-vous pris par son père afin d'être certain de ne pas être repris ailleurs et continuer de voir sa dulcinée aussi souvent que possible.


FIN DU FLASHBACK – Retour au présent


Aujourd'hui, le couple vit difficilement. Le père est de plus en plus collant et Paul a du mal à s'enfuir sans se faire voir. Quand à Lucario, elle a avalée Paul tellement de fois qu'elle est devenue complètement accro à son excellent goût et ne peux plus s'en passer ne serait-ce qu'une journée. À peine Paul arrive-t-il dans le bois que Lucario lui saute dessus et le dévore.

Ce soir là, Lucario regardait partir l'homme qu'elle aime en réfléchissant « Je me demande vraiment comment ça se passe chez lui à chaque fois qu'il revient... Hmm... C'est décidé ! Cette fois je vais le suivre ! Je n'aurai qu'à manipuler leur Aura pour qu'ils ne me voient pas. » Lucario suivit donc Paul jusque chez lui.

En arrivant chez lui, Paul se fit sermonner par son père comme d'habitude. Lucario, toujours invisible, était rentrée dans la maison en même temps que Paul et observait la scène. Son père lui dit d'un ton très menaçant « Dit donc toi ! Je peux savoir ce que tu fabrique au bois maudit ? » Lucario et Paul furent extrêmement surpris. « Co... Comment sais-tu que je vais dans ce bois ?? » demanda Paul très choqué.

« À ton avis ? Je t'ai suivi ! J'en ai plus qu'assez de tes disparitions à répétition et de te voir rentrer couvert de bave à chaque fois !! Mais cette fois-ci j'ai réussi à te suivre ! Et qu'est ce que je découvre ? Mon fils se rend au bois maudit ! MAIS TU EST DEVENU FOU OU QUOI ?! Personne ne s'y rend jamais depuis que la police a informé de la présence d'une créature inconnue dans ce bois et en a formellement interdit l'accès ! Même les pires gangsters ont peur de s'y rendre et toi tu y va tranquillement comme si de rien n'était ?? Et toute cette bave que tu nous ramène sans arrêt depuis 2 ans, je suis sûr qu'elle provient de cet horrible monstre !! Je me trompe ? »

Cette dernière phrase mirent Paul et Lucario dans une colère folle. Lucario se mit à grogner si fort que tout le monde dans la maison l'entendit, on aurai dit un loup. Paul comprit tout de suite que sa bien-aimée était là et fit en sorte de faire croire à ses parents que les grognements venaient de lui « Répète ne serait-ce qu'une seule fois que c'est un monstre horrible... ET JE T'EXPLOSE TA GUEULE !!! C'EST COMPRIS ?? » Ses parents furent extrêmement choqués de la réaction de leur fils. C'était la toute première fois que Paul s'énervait à ce point, et c'est son père qui en a fait les frais. Le frère de Paul descendit les escaliers après avoir entendu les cris. « Dit donc il va se calmer le Poképhile ? Il t'a juste demandé si toute cette bave provenait de l'horrible monstre du bois maudit ! S'il te plaît tant que ça, tu n'a qu'à larguer ton Pokémon de merde et vivre avec le monstre ! Lui au moins il existe ! »

Paul et Lucario furent de plus en plus énervés. Lucario avait du mal à retenir ses grognements et serrait fortement les poings. « Toi la ferme ! Retourne bosser ton BTS et laisse Lucario en dehors de tout ça ! »

Le frère de Paul n'appréciai pas du tout le moindre élément négatif, ce qui pouvais le mettre très facilement en colère. « Tu n'as pas à me dire ce que j'ai à faire p'tit con ! Tu n'est qu'un gamin immature amoureux d'un tas de pixels à la con ! Quand est-ce que tu grandira dans ta tête ?? LUCARIO N'EXISTE PAS BORDEL !!!! Comment peut-on se prétendre adulte et être amoureux d'un truc hideux qui n'existe même pas ??? »

À ces mots, Paul colla une droite à son frère. Ce dernier riposta et c'est ainsi qu'une intense bagarre débuta. Ils ne cessèrent de se taper dessus que 5 bonnes minutes plus tard, malgré les nombreuses tentatives de leurs parents pour les calmer. Après ces 5 minutes de bagarre intense, Paul et son frère étaient collés l'un à l'autre à cause de la bave qui était toujours présente sur Paul.

Tandis que Paul et son frère partirent dans la salle de bain pour enlever toute la bave, Lucario en profita pour visiter un peu la maison. C'était la première fois qu'elle sortait du bois et qu'elle voyait une maison. « Alors c'est ici que vivent les humains ? C'est très petit comparé à mon bois. Comment Paul peut-il vivre dans un espace aussi petit ? Hmm... mais pas aussi petit que mon estomac, je l'avoue. » Pensa-t-elle.

Après avoir enlevé toute la bave, Paul et son frère allèrent dans leur chambre respective sans dire un mot. Paul s'assit sur le bord de son lit et attendit un moment avant de murmurer « Pourquoi est-tu venue Lucario ? »

Lucario cessa de brouiller l'Aura de Paul afin de lui permettre de la voir à nouveau. « Excuse moi Paul, mais je me fait toujours du soucis pour toi. Je voulais savoir comment ça se passait avec ta famille. D'ailleurs, je ne comprend vraiment pas pourquoi tu reste avec ces hypocrites ! Ils ne font que te maltraiter et nous insulter à tout va ! »

Paul baissa la tête « C'est vrai que je n'apprécie pas du tout leur comportement, mais ils restent ma famille. Nous sommes du même sang. Jamais je ne pourrais les abandonner. »

Lucario fit un petit sourire « En revanche, j'ai bien apprécié ce que tu leur as dit. Je ne te connaissait pas sous ce côté agressif. Depuis 3 ans que nous nous connaissons, tu continue de me surprendre. »

Lucario et Paul discutèrent un petit moment avant de finalement se souhaiter bonne nuit. Paul ouvrit la fenêtre pour laisser sortir Lucario. Il ne referma la fenêtre que lorsqu'il ne puisse plus la voir.

Le lendemain matin. Paul fut réveillé de bonne heure par son père « Lève-toi ! J'ai réussi à t'obtenir un contrat à Paris, tu commence dès demain. D'ici-là, tu as le temps de t'installer à l'appartement que j'ai loué pour toi. Tes affaires sont déjà prêtes. Va t'habiller, tu part dans une demi heure. »

Paul était choqué et affolé. Ce que son père était en train de faire allait rendre totalement impossible toute rencontre avec Lucario. Pour Paul, c'était comme une trahison. Son propre père voulait l'envoyer très loin pour ne plus jamais revenir. En d'autres termes : l'abandonner.

Après être sorti de la douche et s'être habillé, Paul ouvrit la fenêtre de la salle de bain (il est impossible de voir l'intérieur depuis l'extérieur, rassurez-vous ^^) et sortit ainsi de la maison. Son père, qui l'attendait à côté de la voiture, aperçut le fuyard et le poursuivit. « EH OH !! OÙ CROIX-TU T'ENFUIR COMME ÇA ?? REVIENS ICI TOUT DE SUITE !!!! »

La folle course-poursuite s'engagea. Paul ne cessa de courir en direction du bois tandis que son père le poursuivait en hurlant. Paul fut soulagé en apercevant le bois au loin, il n'en pouvait plus de courir. Son père continuait à le poursuivre dans le bois malgré sa peur du "monstre" et commençait à le rattraper. « Raah... raah... Où... OÙ EST-TU ?? Raah... J'AI BESOIN DE TOI !! Raah... VIIIIIIIITE !!!! »

Paul trébucha et tomba au sol. Son père s'arrêta de courir et s'avança vers lui très en colère « Tu va regretter de m'avoir fait courir jusqu'ici salopard !! »

Une ombre surgie de nulle part fonça sur le père de Paul à une vitesse fulgurante et le plaqua contre un arbre violemment. C'était Lucario. « Bon dieu mais c'était quoi ce truc ?! » dit le père avant de rouvrir les yeux et voir Lucario juste devant lui en grognant fortement en montrant ses dents pointues.

Le grande colère du père avait laissé place à une grande peur. Il ne trouvait plus quoi dire. Paul se releva lentement et marcha vers Lucario. « Merci mon amour. » Lui dit-il en faisant un tendre baiser sur la joue. Le père fut choqué en voyant ce baiser « Attend ! Ce... Ce n'est tout de même pas... Le monstre du bois maudit ne serait autre qu'un... POKÉMON ? RIEN QU'UN POKEMON DÉBILE ?? »

Paul lui colla une droite, Lucario fit de même et hurla « QUI EST DÉBILE ?? » le père avait de plus en plus peur en entendant une voix télépathique résonner dans sa tête. Lucario se tourna vers Paul et lui demanda d'un ton sombre « Qu'est ce qu'il te voulait cette fois cet enfoiré ? »

Paul regarda un instant son père amèrement avant de se tourner de nouveau vers Lucario « Il... il voulait m'abandonner... m'envoyer très loin d'ici... Je... Je ne pourrai plus jamais te voir s'il fait ça... » Paul commença à pleurer sur les épaules de sa bien-aimée. « Allons Paul... Allons... c'est fini maintenant... Viens, allons à un endroit plus tranquille. »

Le couple s'éloigna lentement du père, qui ne bougeai pas et ne croyait pas ce qu'il voyait. Ils s'arrêtèrent un instant et Lucario se tourna vers lui « Si vous lâchez ne serait-ce qu'un mot à mon sujet vous êtes mort ! Et ne vous attendez pas à revoir votre fils, père indigne ! » Le couple continua de s'éloigner. Le père murmura à lui-même « Mais... mais comment est-ce possible ? Comment a-t-il fait pour se lier d'amitié avec ce truc ? Mais surtout... comment l'a-t-il... emballée ? Et cette chose serait-elle responsable de toute cette bave ? »

Il rentra chez lui et fit quelques recherches sur internet pour tout savoir sur l'étrange créature qu'il venait de voir. « Ah voilà ! D'après ce site, il s'agirait d'un Pokémon nommé Lucario. Hmm... Mais il y a quelque chose qui cloche... ce site indique que les Lucario mesurent 1 mètre 10 mais... celle que j'ai vu était aussi grande que moi. Il y a quelque chose qui m'échappe... » Il continua de faire des recherches pour savoir ce que Lucario était capable de faire.

Pendant ce temps, Lucario et Paul se dirigèrent vers leur falaise.

  • Grrr... Je déteste les humains ! Ils sont tous pareils ! Enfin... presque tous.
  • Tout les humains ne sont pas comme eux tu sais. Il y en a aussi des bons. Je suis malheureusement tombé sur des mauvais...
  • Oh mon minou... Ça à dû te faire un choc d'apprendre que ton père voulait se débarrasser de toi.
  • Bien sûr que ça m'a choqué... jamais je n'aurai pensé qu'ils iraient jusque-là... Quand je pense qu'hier encore je disais ne jamais vouloir les abandonner... et le lendemain, ils le font...
  • Paul, tu ne dois surtout pas retourner chez toi ! C'en sera terminé de notre grande histoire d'amour si tu y retourne ! Reste avec moi mon chaton. Je te protégerai d'eux. Et surtout... nous serons ensemble tout les jours... rien que toi et moi.
  • Lucario... Je... heu... Oh... Oh merci mon amour ! Je t'aime tellement !

Lucario et Paul se câlinèrent une bonne partie de la matinée. L'heure du déjeuner approcha et Lucario partit cueillir quelques fruits tandis que Paul repris le chemin vers la falaise. Paul observa le paysage et murmura « C'est toujours aussi beau ici. Ce magnifique paysage va me manquer... »

Lucario revint avec les fruit mais n'en mangea aucun. Elle attendit patiemment que Paul ai terminé son repas avant de le dévorer à son tour, comme ils le font à chaque fois.

Mais cette fois-ci, Paul l'arrêta dans sa lancée. « Attend Lucario ! J'ai... J'ai quelque chose à te demander avant ça... » Lucario se demandait ce que Paul avait de si important à dire pour l'empêcher de le manger aussi soudainement. « Ce n'est vraiment pas facile pour moi de te demander ça mais... je voudrai que... que tu me... digère... »

Lucario fut extrêmement choquée par la demande que Paul venait de lui faire « QUOIIIII ?! TU... TU EST SÉRIEUX LÀ ?! » Paul acquiesça tristement « Mais... Mais pourquoi ? Pourquoi vouloir mourir digéré par un estomac ? Tu m'a pourtant dit tout à l'heure que tu voulais rester avec moi... »

« Tu sais Lucario... ça fait un moment que j'y pense. Mais si je ne te l'ai jamais demandé, c'était à cause de ma famille... je ne voulais pas l'abandonner. Mais maintenant... tout est différent. »

Lucario versa une larme « Mais... et moi ? Tu... tu m'abandonne aussi ? »

Paul continua ses explication « Non Lucario. Non je ne t'abandonne pas. Car... une fois que tu m'aura digéré... je ferai partie de toi... pour toujours... Je ne serai plus de ce monde mais je continuerai à vivre en toi. Et tu conservera mon excellent goût pour toujours. Notre amour est suffisamment fort pour rendre tout cela possible. »

Paul marqua un blanc de quelques minutes pour faire un câlin à sa bien-aimée et repris la parole « Mais avant que tu ne me dévore pour de bon... pourrais-tu m'aider à... perdre mon pucelage ? » demanda-t-il romantiquement. Lucario ricana et acquiesça avec un grand sourire. Paul fit un strip-tease devant Lucario en enlevant ses vêtements petit à petit. Lucario ne pouvais s'empêcher de sortir la langue comme le ferai un chien et en bavait. Sa queue ne cessait de remuer à grande vitesse de droite à gauche. Lorsqu'il fut entièrement nu, Paul s'approcha lentement de Lucario, qui attendait allongée sur le sol. Il s'allongea sur sa bien-aimée et... (ET LE RESTE EST PRIVÉ ! BANDE DE PERVERS ! ^^)

Pendant que Paul et Lucario étaient "occupés", le père de Paul se dirigeait vers le bois. Il voulait comprendre pourquoi son fils revenait toujours couvert de bave. Il chercha le couple dans le bois pendant une bonne heure avant de finalement les trouver à la falaise. « Les voilà enfin ! J'ai intérêt à rester caché en silence si je ne veux pas que Lucario me repère avec ses capteurs. » Il ne le savait pas encore, mais Lucario avait déjà repéré son Aura. Elle se contenta de l'ignorer et de profiter de ses derniers instants avec Paul. « Mmm... je ne pensais pas que dépuceler un humain serai aussi bon... Tu est vraiment génial Paul. »

« Tu n'étais pas trop mal non plus tu sais... c'est vraiment fantastique comme sensation. Nous aurions dû faire ça plus souvent. » Le père de Paul n'en revenait pas. Son fils avait été dépucelé par un Pokémon. « Oh mon dieu... dépucelé par un Pokémon... Là j'ai vraiment honte... je ne vois vraiment pas ce qui pourrait être pire... »

Lucario et Paul se levèrent et admirèrent l'océan. Paul se tourna finalement vers Lucario « Alors ça y est ? Tu est prête pour le meilleur repas de ta vie ? » Lucario acquiesça lentement « Je suis prête Paul. Je te mange quand tu veux. »

Le père de Paul était choqué par ce qu'il venait d'entendre « Q-Quoi ?! Le... Le manger ?! Mais... Mais qu'est-ce que... Il ne va pas se laisser se faire dévorer tout de même ? C'est une blague là ? » Ce n'était malheureusement pas une blague. Il fut consterné de voir Paul placer lui-même sa tête dans la gueule de Lucario et voir la langue de cette dernière le lécher partout. C'était la première (et dernière) fois que Lucario avalait Paul nu, lécher sa partie intime fut le meilleur moment pour Lucario comme pour Paul. En revanche, son père était complètement choqué et bouche-bée. Il regardait Lucario avaler son fils la bouche grande ouverte.

Une fois Paul avalé, Lucario caressa son ventre surdimensionné affectueusement. « Mmm... Tu es encore plus délicieux quand tu n'a pas tes vêtements. » Le père était choqué par ce qu'il venait de voir et se mit à vomir. Lucario attendit un moment avant de finalement s'adresser à lui « Vous vouliez savoir pourquoi il revenait toujours couvert de bave ? Vous le savez maintenant. »

Le père sortit de sa cachette et marcha lentement vers Lucario « V-Vous saviez que j'étais là depuis le début... Mais... mais ça fait combien de fois que vous l'avalez comme ça ? »

Lucario éclata de rire et répondit « Vous n'avez qu'à compter toutes les fois où il est rentré couvert de bave. En tout cas, votre fils est très succulent. » Lucario reprit un air sérieux et reprit la parole « Vous savez, Paul adore être dans mon estomac. Il est très serré et c'est mou et gluant mais d'après lui c'est très confortable. Il aime dormir quelques heures dans mon estomac, bercé par le doux battement de mon cœur. C'est le seul bruit qu'il entend à part ma voix télépathique. Et moi, j'aime passer ces quelques heures avec son excellent goût. »

Le père n'en revenait pas « Je... je n'en croix pas mes oreilles. Paul se fait dévorer presque tout les jours... et il aime ça. Ce n'est pas possible... Mais au faite. Combien de temps reste-il dans votre estomac ? »

Lucario regarda le sol d'un air triste sans répondre à la question. « Que se passe-t-il ? J'ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas ? » lui demanda le père, cette réaction le rendit inquiet.

Lucario laissa un grand blanc avant de finalement répondre « Lorsque j'avale Paul... il a 6 heures avant que la digestion ne commence... Je le fait toujours sortir avant que cela n'arrive... Mais... » Lucario ferma les yeux et marqua un autre blanc. Le père devint très inquiet à cause du dernier mot prononcé. Lucario repris finalement après avoir versé une larme « Mais cette fois... Paul a demandé à être... digéré... »

Le père fut tellement choqué qu'il en tomba au sol. Lucario lui fit alors une remarque méchamment « Ça vous choque qu'il réagisse comme ça ? Moi ça ne m'étonne pas ! Sa propre famille l'abandonne et l'envoie très loin pour ne plus le revoir ! Ce n'est vraiment pas étonnant qu'il ai demandé à ne faire plus qu'un avec moi ! Je suis sa seule famille maintenant !! »

La dernière phrase de Lucario l'avait cloué sur place. Certes, il allait l'envoyer à Paris, mais ne voulait pas l'abandonner. Lucario regarda son ventre surdimensionné un moment et s'adressa à l'homme qui se trouvait à l'intérieur « En effet Paul, ton père est ici. Il a d'ailleurs assisté à mon repas. »

Le père se releva lentement « Excusez-moi... mais... serait-il possible de... de lui parler... une dernière fois ? » Lucario se tourna de nouveau vers lui « Bien sûr que c'est possible, mais le seul moyen de lui parler est de placer votre tête dans ma gueule. Mais ne vous inquiétez pas, je ne vous mangerai pas. Un seul humain me suffit, je n'ai pas besoin d'un deuxième. De toutes façons, je n'ai pas la place. »

Le père hésita un moment et acquiesça finalement. Lucario ouvrit alors sa gueule en grand pour lui permettre de placer sa tête à l'intérieur et parler à son fils.

  • Heu... Paul ? Tu... tu est là ?
  • Évidemment que je suis là ! Tu m'a vu me faire dévorer ! Dit moi comment j'aurai pu sortir sans que tu ne le voit ?
  • Heu... en effet... c'était une question stupide...
  • Qu'est ce que tu me veux encore ? Ça ne te suffit pas, tout ce mal que tu m'a fait ?
  • Mais... Si je faisais tout ça, c'était pour que tu aie un avenir.
  • MAIS J'EN VEUX PAS DE TON AVENIR POURRI !! C'EST SI DIFFICILE À COMPRENDRE ?? J'AI CHOISI LE MIEN IL Y A LONGTEMPS ET JE N'EN VEUX AUCUN AUTRE !!
  • Mourir dans un estomac, tu appelle ça un avenir ?
  • Oui ! En étant digéré par Lucario, Je vais devenir une partie d'elle-même... pour toujours. Il est là mon avenir.
  • Ce sont de belles paroles... mais as-tu pensé à ce que ressentirai ta famille en prenant cette décision ?
  • ... Je n'ai plus de famille...
  • Q-Q-Quoi ?? M-Mais...
  • Tait-toi et écoute moi ! Je vous ai toujours respectés malgré les nombreuses crasses que vous me faites chaque jour ! Vous n'avez cessé de m'emmerder avec ma Poképhilie pendant toutes ces années ! Mais il y a 3 ans, j'ai finalement rencontré ma dulcinée. Une vraie Lucario ! Une vraie de vraie ! À peine un an plus tard, j'ai commencé à rentrer couvert de bave régulièrement. Oui, il a suffit d'un an pour qu'elle commence à m'avaler ! Il est vrai que ça me dégoûtais au début et que ça ne me faisais pas du tout rire de la voir me sauter dessus pour me dévorer mais j'ai fini par y prendre goût, j'ai fini par devenir accro à son estomac. Mais toi, tout ce que tu a trouvé à faire c'est me punir sans cesse. JAMAIS vous ne m'avez demandé d'où provenait cette bave ! Je vous l'aurai dit si vous me l'aviez demandé mais vous avez préféré me punir sans me dire un mot !
  • Mais...
  • LAISSE MOI FINIR ! Si je fuyais chacun de tes rendez-vous, c'était pour une bonne raison ! Mais tu ne m'a JAMAIS demandé pourquoi je faisais ça ! JAMAIS ! Tu te contentai d'enchaîner les rendez-vous alors que tu savais très bien que je n'allais pas y aller ! J'ai déjà fait un de tes contrats débiles et franchement c'est vraiment nul comme vie ! Je ne veux pas passer ma vie entière à travailler comme ça !
  • Je ne pouvais pas le savoir moi !
  • SI ! SI, TU POUVAIS LE SAVOIR ! Il te suffisais de m'en parler au lieu de m'ignorer ! Même sans m'en parler, ça sautait aux yeux ! Mais hier, quand tu as appris que j'allais au bois maudit, ni moi, ni Lucario n'avons supporté ce que vous avez dit à son sujet ! Oser le traiter de monstre hideux et horrible ! C'est impardonnable !
  • Attend... Ce grognement que tu as fait hier soir... tu veux dire que c'était Lucario ?? Elle était là ??
  • Oui elle était là ! Elle m'avait suivi et elle brouillait nos Aura pour qu'on ne puisse pas la voir. Je vous ai toujours considéré comme ma famille. C'est pour cette raison que je ne voulais pas me faire digérer. Mais ce que tu m'a dit ce matin à tout changé. Vous voulez vous débarrasser de moi ? Alors autant disparaître au fond de cet estomac, le résultat sera le même ! Je préfère largement mourir paisiblement dans l'estomac de ma bien-aimée plutôt que de devoir me suicider dans un appartement de Paris !
  • Quoi ? Tu veux dire que... dans les deux cas... tu projette de mourir ? Mais... et ta famille ? As-tu pensé à se qu'on ressentira ?
  • Je te l'ai déjà dit... Je n'ai plus de famille ! Vous êtes allé beaucoup trop loin ! Ma seule vraie famille désormais... c'est Lucario... Maintenant casse-toi et laisse-moi vivre mes dernières heures en paix !

Le père de Paul sortit lentement sa tête de la gueule de Lucario en pleurant. Il se mit à genoux, les mains sur le sol, et pleura toutes les larmes de son corps. Lucario s'allongea au pied d'un arbre et observa la mer à l'horizon. Le père mis plus de 10 minutes pour se relever et partir lentement.

L'heure de la digestion approcha et Lucario continuait d'observer la mer à l'horizon tout en discutant avec Paul.

  • Quel coucher de soleil magnifique...
  • De là où je suis je ne vois pas grand chose.
  • Oui... je sais...
  • Ne soit pas triste Lucario. Tu ne me verra plus et ne m'entendra plus mais je serais toujours en toi ainsi que mon excellent goût, ne l'oublie pas.
  • Je ne l'oublie pas Paul... Mais... ne plus revoir ton beau visage et ne plus entendre ta belle voix me rend triste...
  • Moi aussi je suis triste... mais c'est ainsi que cela doit être. Tiens ? L'estomac commence à faire du bruit. La digestion ne va pas tarder à commencer.
  • Paul...... Tu... C'est vraiment ce que tu veux ? Il est encore temps de changer d'avis.
  • Non Lucario, je ne changerai pas d'avis. Ne me fait pas sortir... S'il-te-plaît...
  • Comme... comme tu voudras... mon amour...
  • Je t'avouerai que je suis un peu nerveux, par contre. Je suis curieux de voir comment se déroule la digestion d'un Pokémon. Je ne sais même pas comment se déroule celle d'un humain.
  • Eh bien... tu le verra par toi même...
  • Hmm... l'estomac fait de plus en plus de bruit... je suis de plus en plus nerveux...
  • Je te le demande une dernière fois Paul... est-tu VRAIMENT certain de... ?
  • Oui Lucario, oui j'en suis certain. Il semble d'ailleurs que ce soit déjà trop tard, le chemin vers la gorge viens de se refermer au dessus de moi.
  • Alors ça y est... le sort en est jeté... Il m'est désormais totalement impossible de te faire sortir... tu est maintenant condamné à... à mourir dans mon estomac...
  • Je sens une sorte de liquide sous mes pieds, et on dirai que ça monte.
  • Oui... c'est le liquide qui va... qui va... faire fondre ton corps...
  • Allons Lucario, ne pleure pas. Tout va bien se passer ne t'inquiète pas. Dès que ce liquide m'aura fait fondre... Dès que tu m'aura digéré... nous serons unis pour l'éternité.[/font]
  • Co... Comment te sens-tu pour l'instant ?
  • Eh bien... le liquide vient de passer au dessus de mes pieds. J'ai d'énormes picotements dans les pieds. C'est encore pire qu'une envie de se gratter.
  • C'est... Paul... Ces picotements... ce sont... ce sont tes pieds qui sont en train de fondre...
  • Quoi ? Mes pieds sont en train de fondre ? Là, maintenant ? Ouah... je pensais que ça ferai plus mal que ça... Cependant, je dois avouer que ces picotements deviennent vraiment insupportables...
  • Paul...
  • Le liquide vient d'atteindre mes genoux. Je ne sens plus du tout mes pieds et les picotements continuent au bas des jambes. Ça fait bizarre de ne plus avoir de pieds.



  • Paul... cela fait maintenant 20 minutes que la digestion à commencé... jusqu'où est arrivé le liquide ?
  • Il est arrivé à mon cou... Je ne sens plus rien... en dessous du nombril... et j'ai de plus en plus... de mal à parler. Il me reste tout juste... assez de temps pour... te dire ces derniers mots. J'ai énormément apprécié... ces 3 ans que nous... avons passés ensemble... Je n'ai jamais été... aussi heureux... de toute ma vie... Merci pour tout... Je t'aime Lucario... Je t'aimerai pour toujours... pour... toujours...
  • Oh Paul... Moi aussi je t'aimerai toute ma vie. Jamais je ne pourrai aimer quelqu'un d'autre. Je te le promet mon amour.

Lucario mit quelques secondes avant de réaliser que le liquide avait fait fondre le cœur de Paul et qu'il était donc mort. « Tu est toujours là Paul ? Paul ??! PAUL !!!!! » Lucario se mit à pleurer toutes les larmes de son corps. Quelques minutes plus tard, le ventre de Lucario commença à se dégonfler minute par minute. Elle en a déduit que le corps de Paul avait maintenant entièrement fondu dans son estomac et resta allongée le temps de laisser l'estomac finir son travail.

Lucario ne cessa de pleurer pendant plusieurs jours. Elle avait cependant toujours son excellent goût. Elle était donc persuadée que Paul vivait toujours au plus profond d'elle, comme il le lui avait dit. Entre-temps, le père de Paul a tout raconté au frère et à la mère. Tout les trois prirent une semaine de repos pour se remettre de leurs émotions.

Une semaine après la mort de Paul, Lucario se rendit à son ancienne maison en faisant en sorte de n'être visible que de son ancienne famille. Elle était venue jusqu'ici pour leur annoncer quelque chose d'important « Vous allez être grands-parents ! » Les parents de Paul furent ravis de cette grande nouvelle et jurèrent d'être de bons grands-parents. Quand au frère de Paul, il resta silencieux un bon moment avant de finalement s'excuser auprès de Lucario pour toutes les horreurs qu'il a dit à son sujet depuis toutes ces années. Il jura également d'être un bon parrain.

Depuis lors, la famille va de temps en temps faire un tour au bois (qu'ils ont renommé "Bois céleste") pour rendre visite à Lucario et son œuf. Lucario a fini par pardonner au père de Paul après quelques semaines. Quelques mois plus tard, l'enfant de Paul et Lucario sortit de son œuf. Il s'agissait d'un Riolu. Mais pas n'importe-quel Riolu. Celui-ci avait la particularité de pouvoir prendre une apparence humaine, ce qui prouva que Paul était toujours présent en Lucario (en plus de son excellent goût) et avait transmis ses gènes à son fils.
Tout le monde vit heureux désormais.

Tout les soirs, Lucario regarde les étoiles en murmurant « Merci pour tout mon amour. »



FIN
  

_________________
signé,

Paul le Lucario, Fondateur du forum et auteur de la fan-fiction "Pokéumans France"




Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 12 Aoû - 10:38 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fanclub pokémon Index du Forum -> Pokémon -> Histoires Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation